http://blog.bforbank.com | 17 mars 2011 | Lire l’article sur le site BForBank

Réhabiliter des friches industrielles et des sols pollués. Tel est l’objectif du fonds d’investissement Ginkgo, dans lequel s’associent notamment la Caisse des Dépôts et la Banque européenne d’investissement (BEI). Ce fonds d’investissement socialement responsable (ISR) est doté de 52,2 millions d’euros. Il vise le développement d’une quinzaine de projets en France et en Belgique (source: CDC).

Réhabiliter des terrains et dépolluer les sols

Il existe en France 250 000 terrains anciennement industriels et potentiellement pollués (source: Wikipedia et Institut de veille sanitaire). D’un côté, la ville se développe en occupant des terrains agricoles ou naturels. De l’autre, il reste dans la ville des terrains vagues et des friches industrielles inoccupés. Réhabiliter ces terrains est donc une réponse au manque de foncier.

C’est aussi une nécessité pour dépolluer l’environnement. Faire revivre des terrains pollués: telle est la vocation de Ginkgo, dont le nom est celui d’un arbre, le Ginkgo biloba, qui fut le premier à repousser sur le site irradié de Tchernobyl.

Le fonds Ginkgo est doté d’un capital de 52,2 M€, souscrit par la Caisse des Dépôts à hauteur de 15,6 M€, à parité avec la BEI. Il est d’une durée de 8 ans. La société de gestion s’engage à respecter les principes d’Investissement socialement responsable (ISR), notamment la prise en compte des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans les processus d’analyse et de décision en matière d’investissements.

Répondre à la raréfaction du foncier

Le fonds a pour objectif d’acquérir, d’assainir et de développer des terrains. Il ciblera particulièrement les terrains les plus contaminés, délaissés par les promoteurs. Ginkgo prend en charge l’intégralité des risques environnementaux, dont il assure la maîtrise grâce à une équipe de professionnels.

« Le foncier constructible se raréfie, nous sentons les collectivités locales et territoriales de plus en plus sensibilisées à la problématique de l’étalement urbain, la réglementation devrait se durcir en matière de sols pollués et les techniques de dépollution, notamment les techniques du vivant, mûrissent depuis des années », estime Bruno Farber, directeur du fonds Ginkgo (source: Les Echos).

Outre la Caisse des Dépôts et la BEI, les autres investisseurs sont la Compagnie Benjamin de Rothschild et la Société fédérale de participations et d’investissements (SFPI) et la Société régionale d’investissement de Wallonie (SRIW).

Lire l’article sur le site BForBank