Les Echos | 16 Février 2011 | Lire l’article

La CDC et la Banque européenne d’investissement s’associent à parité dans Gingko, un fonds d’investissement pour financer la réhabilitation d’une quinzaine de terrains contaminés.

« En vingt ans, le fonds américain Cherokee a successivement créé quatre véhicules d’investissement totalisant plus de 2 milliards de dollars consacrés à la réhabilitation des sols pollués. Nous croyons à un modèle similaire en France et plus largement en Europe », explique Bruno Farber, directeur du fonds Ginkgo. La Caisse des Dépôts, la Banque européenne d’investissement (BEI), la Compagnie Benjamin de Rothschild et quelques autres investisseurs viennent de doter ce fonds d’investissement pour réaliser des performances écologiques et financières.

Police d’assurance spécifique
« D’un côté, l’étalement urbain prélève des terres naturelles ou agricoles, ce qui entraîne des consommations d’espace quatre fois supérieures pour les réseaux de communication, d’énergie, etc. De l’autre, des terres polluées en centre-ville restent orphelines », appuie Maximilien Rouer, président de BeCitizen, le cabinet de conseil environnemental, co-initiateur du fonds.

La Caisse des Dépôts, principal investisseur à parité avec la BEI, explique que le fonds a été difficile et long à mettre en place, mais qu’il correspond parfaitement à la stratégie de l’établissement. « Rares sont les outils financiers qui, en se passant de subventions, pallient une imperfection de marché et répondent à un enjeu social et environnemental», estime Edward Arkwright, directeur de la stratégie du groupe Caisse des Dépôts. « Nous avons également été séduits par la présence de techniciens de la dépollution au comité de direction du fonds, ce qui est innovant dans la finance », poursuit Blaise Desbordes, responsable du développement durable.

Le premier tour de table n’a pas permis de recueillir les 100 millions d’euros visés, mais un second tour devrait y parvenir. Les partenaires visent le développement d’une quinzaine de projets en France et en Belgique. Ils cibleront des terrains particulièrement contaminés, à un niveau excédant les compétences des promoteurs, estimant que la plupart des terrains très bien situés et peu pollués ont déjà été absorbés par le marché. Structurée classiquement autour de sociétés d’investissement, l’activité sera sécurisée par une police d’assurance spécifique. « Le foncier constructible se raréfie, nous sentons les collectivités locales et territoriales de plus en plus sensibilisées à la problématique de l’étalement urbain, la réglementation devrait se durcir en matière de sols pollués et les techniques de dépollution, notamment les techniques du vivant, mûrissent depuis des années », estime Bruno Farber.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/16/02/2011/LesEchos/20871-038-ECH_la-caisse-des-depots-lance-un-fonds-pour-depolluer-le-foncier.htm#TB8zUjtHyOmSPxZw.99